categorie animaux et sciences
Categories: Animaux et sciences Tags: Biodiversité, Sciences et avenir Leave a comment

COP27 : pourquoi il est urgent de décarboner les bâtiments

cover r4x3w1200 636b870074d25 000 COP27 : pourquoi il est urgent de décarboner les bâtiments

RECORD. Quand le bâtiment ne va pas, c’est l’ensemble des politiques énergétiques qui ne vont pas. Le rapport sur « L’état mondial des bâtiments et de la construction en 2022 » élaboré par le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) photographie un secteur qui peine à réduire ses émissions de gaz à effet de serre alors que les solutions à mettre en œuvre sont bien plus accessibles que celles des transports ou de l’agriculture.

Une consommation énergétique en augmentation de 4% sur un an pour les bâtiments

En 2021, la demande énergétique des bâtiments du monde entier pour leur éclairage, le chauffage, la climatisation, les appareils ménagers, l’eau chaude sanitaire a atteint le niveau record de 37.500 TeraWatts/heure (TW/h). C’est 4% de plus qu’en 2020, ce qui représente selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE) la plus forte hausse de ces dix dernières années.

Conséquence : le secteur a dépassé les dix milliards de tonnes d’émissions de CO2, soit une croissance de 2% par rapport au précédent pic de 2019. En incluant la production des matériaux (béton, acier, aluminium, verre, briques…) estimée à 3,6 milliards de tonnes de CO2, le bâtiment pèse 37% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. « Cette augmentation reflète la réouverture de l’économie mondiale, car un plus grand nombre de lieux de travail ont commencé à utiliser davantage d’énergie, tandis que les ménages continuent à travailler en mode hybride et que les économies utilisant le gaz comme chauffage sont en croissance » explique le rapport.

Le bâtiment peine à modifier en profondeur ses pratiques 

PACTE. La construction n’est pourtant pas une oubliée des négociations internationales. Le secteur est cité dans l’Accord de Paris. La COP26 qui s’est déroulée en 2021 à Glasgow (Ecosse) a élaboré un « pacte pour le climat » qui préconise l’accélération des mesures d’efficacité énergétique et des initiatives ont été lancées au niveau international visant à réduire de moitié les émissions du résidentiel-tertiaire et à améliorer l’efficacité énergétique des projets immobiliers de 40% d’ici 2030 avec pour but ultime une décarbonation totale de l’habitat humain en 2050.

Paru en premier sur Sciencesetavenir.fr, plus d’info sur

Sciencesetavenir.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *