categorie animaux et sciences
Categories: Animaux, Animaux et sciences Tags: Animaux, Sciences et avenir Leave a comment

Wildlife Photographer of the Year : cette année encore, d’incroyables photos ont été primées

cover r4x3w1000 634694d394ba6 karine aigner 1 wildlife photographer of the year Wildlife Photographer of the Year : cette année encore, d'incroyables photos ont été primées

Le Wildlife Photographer of the Year, une compétition photographique développée et produite par le Muséum d’Histoire naturelle de Londres (Angleterre), permet tous les ans de dévoiler d’incroyables clichés soulignant la beauté de la nature mais aussi sa fragilité. Les noms des gagnants de l’édition 2022 ont été annoncés lors d’une cérémonie qui s’est déroulée le 11 octobre 2022 dans la capitale anglaise.

Tirer son épingle du jeu en soumettant des clichés au jury du Wildlife Photographer of the Year n’est pas simple. La compétition regroupe 19 catégories, chacune avec un gagnant. 38.575 soumissions provenant de 93 pays ont été jugées de manière anonyme par un panel international d’experts qui les ont départagées sur leur originalité, leur narration, leur excellence technique et leur pratique éthique.

« Une seule femelle au centre »

Cette année, c’est l’Américaine Karine Aigner qui remporte le prix principal de photographe naturaliste. Elle a capturé, au ras du sol, une étrange boule d’abeilles tournant sur le sable chaud d’un ranch du Texas. « Dans son gros plan au niveau des abeilles, tous sauf un sont des mâles et ils ont l’intention de s’accoupler avec la seule femelle au centre« , est-il expliqué dans un communiqué. Le jury a vanté le sens du mouvement de la photographe, qui est seulement la cinquième femme en 58 ans à obtenir le premier prix de ce concours. Sa photographie rappelle par ailleurs que ces insectes, que l’on appelle abeilles à cactus, sont menacés par la perte de leur habitat, le changement climatique ou encore les pesticides. 

Karine Aigner partage le podium avec un jeune thaïlandais de 16 ans. Katanyou Wuttichaitanakorn remporte pour sa part le prix du jeune photographe animalier de l’année. Son modèle était un rorqual de Bryde. Les différentes textures qui composent son corps ont fasciné le jeune photographe : ces fanons broussailleux, sa peau foncée ou encore le rose de sa gencive. « Les photographes animaliers nous offrent des aperçus inoubliables de la vie des espèces sauvages, partageant des détails inédits, des comportements fascinants et des reportages de première main sur les crises du climat et de la biodiversité« , se réjouit le Dr Doug Gurr, directeur du musée.

 

Paru en premier sur Sciencesetavenir.fr, plus d’info sur

Sciencesetavenir.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *