categorie animaux
Categories: Animaux en vidéo Leave a comment

Photographe animalier, bons principes pour le respect des animaux

La photographie animalière a comme particularité le respect des animaux.

Elle doit effectivement rester sans conséquence pour la vie sauvage. Elle ne doit pas perturber les animaux dans leur environnement naturel. Puis, elle ne doit pas non plus altérer la biodiversité. Voici quelques règles essentielles à la préservation de la nature et du bien-être animal que tout photographe animalier doit garder à l’esprit.

Silence et discrétion

Pour le photographe professionnel animalier ou naturaliste, les principaux mots d’ordre sont le silence et la discrétion. Il ne faut pas faire du bruit et il faut savoir se camoufler dans l’environnement.
Il est justement nécessaire de connaître les techniques qui permettent de se rapprocher des animaux sans leur faire peur et sans les déranger dans leur habitat. Entre autres, il ne faut pas porter des vêtements de couleurs vives. Puis, il faut bouger très lentement sans se diriger directement vers l’animal.

Patience

Quand on est photographe animalier, on doit aussi faire preuve de beaucoup de patience. Il faut consacrer du temps pour observer et étudier les animaux vivant dans un secteur particulier.
Il faut également tenter de s’installer dans une zone et de rester le plus immobile possible, en laissant les animaux venir à nous quand ils se sont habitués à notre présence. En fait, plus on est patient, mieux c’est !

Propreté

Pour minimiser les impacts de la photographie animalière sur l’environnement, il faut veiller à repartir sans rien laisser d’autre que ses empreintes de pas.
Il faut, en effet, essayer de ne pas polluer l’environnement. Il ne faut pas jeter des ordures sur les lieux de travail, ni couper des arbres ou des arbustes dans les forêts. Il ne faut pas non plus cracher par terre, ni faire les petits besoins un peu partout.

Connaissances

Avant de se lancer dans la photographie animalière, il faut se renseigner et trouver des informations sur l’animal convoité. Il faut justement se préparer en repérant l’animal et son environnement.
Bien sûr, il n’y a pas de mal à faire appel aux services de guides locaux habilités afin de contribuer à la protection de l’environnement à travers un soutien à l’économie locale. En fait, tous les moyens sont bons pour apprendre davantage sur l’espèce à photographier, notamment sur ses habitudes, ses biotopes et son cycle de vie.

Professionnalisme

Il convient de rappeler enfin qu’il est interdit de manipuler les animaux sauvages. Il faut garder une distance raisonnable pour ne pas perturber son comportement naturel.
Si la présence d’un photographe animalier ou l’utilisation de flash ou de lampe semble stresser l’animal, il faut s’éloigner immédiatement. En fait, il faut penser à la fois à la sécurité du photographe et à celle de l’animal photographié.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *