categorie animaux et sciences
Categories: Animaux et sciences Tags: Animaux marins, Sciences et avenir Leave a comment

Le requin-baleine, un géant qui se nourrit d’animaux microscopiques

images list r4x3w1000 62fb7b53dc998 simon pierce 3 Le requin-baleine, un géant qui se nourrit d'animaux microscopiques

Il est le plus grand poisson du monde. Certains spécimens du requin-baleine (Rhincodon typus) peuvent atteindre les 20 mètres de long. Des mensurations impressionnantes, qui sont à l’opposé de celles de ses proies. Ce squale se nourrit en effet de zooplancton, avalé en même temps que l’eau s’engouffrant dans sa gueule ouverte pendant la nage, et qui est notamment composé de sergestidés (une famille de crevettes), de copépodes calanoïdes (des crustacés), de chaetognathes (des animaux microscopiques au corps long et transparent) et de larves de poissons.

Le festin du requin-baleine

Quelles sont les proportions du festin ? La biologiste Freya Womersley du Marine Biological Association (MBA, une société savante dont le siège est à Plymouth, au Royaume-Uni) est une spécialiste du requin-baleine. Première autrice d’une étude publiée aux PNAS à l’été 2022 sur les collisions entre ces animaux et les bateaux, elle explique à Sciences et Avenir la quantité de zooplancton mangé quotidiennement par un individu.

A partir d’observations faites dans le Golfe du Mexique, il apparaît qu’un requin-baleine passe environ 7,5 heures par jour à se nourrir, en évoluant, à la vitesse de 1,1 mètre par seconde, dans les eaux de surface. « Sur la base de la vitesse d’écoulement de l’eau et des dimensions de la bouche ouverte du squale, il a été estimé qu’un requin-baleine de 4,43 m de long filtre 326 m3 d’eau par heure, et qu’un requin de 6,22 m de long filtre 614 m3/h, explique Freya Womersley. Avec une biomasse moyenne de plancton de 4,5 g/m3 au site d’alimentation au Mexique, ces deux tailles de requins ingéreraient 1.467 et 2.763 g de plancton par heure (en moyenne), donc leur apport quotidien serait d’environ 11 kg /j et 20 kg /j, respectivement pour chacune de ces tailles ».

Ces estimations varient en fonction de différents facteurs, tels que la densité des proies et la taille des animaux, entre autres. Les modèles de population basés sur des outils moléculaires suggèrent qu’il y a environ 27.000 à 476.000 spécimens de requins-baleines adultes dans le monde.

Paru en premier sur Sciencesetavenir.fr, plus d’info sur

Sciencesetavenir.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *