categorie animaux et sciences
Categories: Animaux et sciences Tags: Animaux marins, Sciences et avenir Leave a comment

Dans la mer Rouge, les attaques de requins se produisent là où les prédateurs sont attirés et nourris

Logo Die Welt

Au tout début du mois de juillet 2022, deux femmes sont décédées à Hurghada en Égypte, alors qu’elles se baignaient dans la baie de Sahl Hasheesh, au sud de cette station balnéaire très prisée des touristes, en particulier des plongeurs. La première femme, une Autrichienne âgée de 68 ans, pratiquait justement, en solitaire, la randonnée palmée (ou snorkeling, plongée libre avec palmes, masque et tuba). Depuis la plage, des témoins auraient vu un requin l’attaquer ; il l’aurait mordue à deux reprises, lui arrachant un bras et une jambe. Elle aurait réussi à regagner la rive par ses propres moyens, mais aurait succombé à une défaillance cardiaque dans l’ambulance qui l’emmenait à l’hôpital. Le lendemain, les autorités égyptiennes ont divulgué qu’une deuxième attaque aurait suscité le décès d’une Roumaine âgée de 40 ans, sans donner plus de détails. Les deux accidents se seraient produits le même jour, ou bien à un jour d’intervalle, dans la même zone, qui est autorisée à la baignade, à 600 mètres de distance. En raison de ces deux « tragiques incidents » – selon les termes officiels –, les plages de la baie ont été fermées et toutes les activités en mer (plongée, snorkeling, planche à voile, kitesurf et pêche) interdites pendant trois jours.
Comme le rappelle le quotidien Welt, même si des accidents mortels se sont déjà produits à cet endroit « de manière isolée« , les attaques de requins sont très rares dans la mer Rouge. Rien de systématique donc, mais des occurrences. Pour citer les accidents les plus récents : en 2010, une retraitée allemande a perdu la vie à Charm el-Cheikh ; en 2013, une touriste allemande a été tuée par un requin et quatre vacanciers russes et ukrainiens ont été grièvement blessés ; en 2015, c’est de nouveau un Allemand qui a été mortellement attaqué ; en 2018, un touriste tchèque y est décédé ; enfin, en 2020, tout un groupe de plongeurs a été pris pour cible, occasionnant des blessures légères pour les uns et des membres arrachés pour deux d’entre eux.

Logo Unterwasserwelt Crédit : Unterwasserwelt.de

Le magazine en ligne spécialisé dans la plongée Unterwasserwelt remarque par ailleurs qu’il est non seulement difficile de savoir ce qu’il s’est exactement passé cette année, mais que les faits ne pourront sans doute pas « être entièrement élucidés, car l’Égypte ne montre généralement pas un grand intérêt à rendre publics les incidents en lien avec les requins« . La discrétion est en effet de mise en raison de la manne que représentent les touristes. Si les médias ont tout de même répercuté ces accidents, c’est sans doute à cause de la notoriété de la première victime, présume le magazine, car il s’agit d’une ancienne élue écologiste, mais l’absence d’intérêt des autorités locales se signale en particulier par le nombre de versions divergentes de l’événement, et ce, malgré la présence de nombreux témoins oculaires.

Paru en premier sur Sciencesetavenir.fr, plus d’info sur

Sciencesetavenir.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *