categorie info animaux
Categories: Info animaux Tags: France TV Info Leave a comment

Découverte scientifique : des poissons sont forts en maths

Le club des animaux forts en maths s’élargit. Une équipe de chercheurs allemands vient de montrer que deux espèces de poissons sont capables de faire des additions et des soustractions.

Article rédigé par

placeholder 36b69ec8 Découverte scientifique : des poissons sont forts en maths

Radio France

Publié Mis à jour

Temps de lecture : 1 min.

On savait que certains oiseaux, singes ou insectes savaient compter  mais cette fois on appelle au tableau deux espèces de poissons d’eau douce : d’une part des raies d’Amérique du Sud et d’autre part des petits poissons zébrés bleus. Des chercheurs allemands de l’université de Bonn ont réussi à leur donner des cours de math en aquarium à l’aide d’un code couleur. Quand ils leur montraient des cartes avec figure géométriques bleues, il fallait ajouter un et quand les dessins étaient jaunes, il fallait enlever un.

Les poissons répondaient en nageant vers la bonne réponse. Quand ils voyaient une carte avec trois motifs bleus, il fallait compter plus un et donc passer une porte avec quatre formes bleues. À l’inverse, face à quatre formes jaunes, il fallait calculer quatre moins un et le poisson devait se diriger vers la porte avec trois formes jaunes. Sachant que derrière la bonne porte, il y avait une récompense alimentaire. Résultat : plus de la moitié des 16 poissons testés ont su associer le jaune à la soustraction et le bleu à l’addition.

Si cela avait été juste du hasard,Il y aurait eu 50% de bonnes réponses mais là il y avait entre 80% et 94% de réussite selon les exercices. On note que les deux espèces de poissons sont meilleures en addition qu’en soustraction et qu’au total, les raies sont un peu plus douées que les poissons zèbres en calcul mental. Les poissons comme les humains ne sont donc pas tous égaux face aux chiffres. Ces travaux très sérieux, ont été publiés dans la Revue Scientific Reports.

À quoi ça sert pour un poisson d’avoir la bosse des maths ? Les chercheurs pensent que ça leur sert à survivre. Par exemple à reconnaître leurs congénères ou des prédateurs, en comptant les taches ou des rayures sur leur corps. C’est important aussi pour se déplacer en groupe, ou mesurer des quantités de nourriture. Malgré leur petit cerveau, ces poissons ont donc le même bagage mathématique que les pigeons, les perroquets, les corbeaux, les salamandres.  On parle ici de compter jusqu’à quatre seulement.

Parmi les invertébrés seules les abeilles savent compter jusqu’à cinq – elles maîtrisent aussi la notion du zéro –  ce qui place ces abeilles au niveau d’un enfant de première année de maternelle.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *