categorie sante des animaux
Categories: Santé animale Tags: ANSES Leave a comment

Troubles dans deux élevages bovins : le lien avec les éoliennes est hautement improbable

20211216 Eoliennes%20vaches Troubles dans deux élevages bovins : le lien avec les éoliennes est hautement improbable

L’actualité a été ajouté à votre bibliothèque

Actualité du 16/12/2021

Les exploitants de deux élevages de bovins de Loire-Atlantique, situés à proximité d’un parc éolien, ont rapporté différents troubles chez leurs animaux, dont une diminution de la production et de la qualité du lait, des troubles du comportement ou une augmentation de la mortalité. L’Anses souligne que ces situations particulières nécessitent des mesures d’accompagnement. Pour autant, elle conclut que les troubles rencontrés ne sont très probablement pas liés à la présence des éoliennes. L’Agence recommande l’établissement d’un protocole de diagnostic global adapté, pour pouvoir répondre rapidement en cas de survenue de troubles dans d’autres élevages proches d’éoliennes.

Depuis plusieurs années, différents troubles sont signalés dans deux élevages de bovins ligériens : mortalité élevée, boiteries des vaches, diminution de la qualité et de la quantité de lait, inflammations des mamelles, etc. Les éleveurs situent le début des troubles en 2012, au moment de la construction puis de la mise en service d’un parc de huit éoliennes situé, respectivement à environ 700 et 1 500 mètres de chaque exploitation. Malgré les nombreuses investigations menées dans les deux élevages (audits vétérinaires et électriques, mesures d’infrasons, de vibrations, etc.), les troubles ont persisté. Dans ce contexte, les ministères chargés de l’écologie et de l’agriculture ont saisi l’Anses pour déterminer si ces troubles étaient imputables à la présence des éoliennes.  

Une approche scientifique adaptée aux agents physiques générés par les éoliennes

L’Anses constate que malgré les investigations menées dans les deux élevages, un suivi rigoureux et documentés des actions de remédiations n’a pas été mis en œuvre et qu’une situation très dégradée continue de peser sur les personnes et les élevages. Ceci appelle à des mesures d’accompagnement appropriées. 

Pour procéder à l’évaluation scientifique, le groupe d’experts mis en place par l’Anses a d’abord identifié les différents agents physiques générés par les éoliennes : ondes sonores audibles ou non, champs électromagnétiques situés à la fois au niveau des éoliennes et autour des câbles transportant l’électricité, courants parasites, vibrations au niveau du sol. Les experts n’ont pas retenu la gêne visuelle occasionnée par les éoliennes, car la vision des bovins et leur perception des mouvements sont beaucoup moins bonnes que celles des humains. 

En l’absence de méthode adaptée pour répondre à la question posée, les experts ont mis au point une méthode d’évaluation de l’imputabilité des troubles adaptée aux agents physiques en cause, en s’inspirant des pratiques d’évaluation utilisées pour la toxicovigilance. Cette approche tient compte de plusieurs critères : le niveau d’exposition des animaux à l’agent physique considéré, la part de cet agent physique attribuable aux éoliennes (celles-ci n’étant pas la seule source possible des agents physiques considérés), la chronologie des faits, la possibilité que les troubles aient d’autres causes, et enfin l’existence dans la littérature scientifique de données faisant état d’un lien entre les troubles observés et la présence d’éoliennes. 
Pour chaque trouble constaté, la possibilité qu’il soit causé par un des agents physiques générés par les éoliennes a été évaluée. Cette évaluation a été faite indépendamment pour chacun des deux élevages. 

L’attribution des troubles aux éoliennes hautement improbable

Les experts ont conclu que l’imputabilité aux éoliennes était majoritairement exclue. S’agissant des éléments de comparaison, ni les informations collectées auprès d’une vingtaine d’homologues de l’Anses à travers l’Europe, y compris dans des pays où l’éolien est plus développé, ni l’analyse bibliographique n’ont rapporté l’existence de problèmes de cette nature

Concernant la situation des deux élevages, pour les mammites, la diminution de la quantité et de la qualité du lait, les troubles de la reproduction et la mortalité, le rapport d’expertise conclut que « quel que soit l’agent physique considéré, la chronologie des troubles est incompatible avec les périodes de construction et de mise en service du parc éolien ». Pour les autres troubles, les niveaux d’exposition à la plupart des agents physiques sont faibles et ne diffèrent pas de ceux rencontrés habituellement dans un élevage. Les experts ont cependant constaté un niveau d’exposition aux courants parasites inhabituel dans les bâtiments des deux élevages, qu’ils estiment probablement dus à leurs installations électriques. De plus, d’autres causes non étudiées pourraient être à l’origine des troubles rencontrés, comme des maladies, des pratiques d’élevage, etc.

L’ancienneté des faits et les informations morcelées ont rendu l’expertise difficile. L’Agence recommande donc d’établir un protocole standardisé d’évaluation afin de traiter au plus tôt une situation semblable rencontrée dans un élevage. Celui-ci devra permettre de rechercher les causes des troubles de façon globale et sans a priori, en intégrant aussi bien les agents physiques que les aspects sanitaires et de conduite d’élevage. Il devra également veiller à assurer la traçabilité des difficultés rencontrées par les élevages. 

Un cas particulier non généralisable

Les résultats obtenus dans ces deux élevages ne sont pas extrapolables à d’autres situations. Un travail de recherche et de surveillance serait à mener pour statuer sur l’impact potentiel des éoliennes sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Les experts recommandent ainsi la réalisation d’une étude « cas témoins » comparant des élevages situés à proximité ou non d’éoliennes, ou d’études sur un même site, qui seraient réalisées avant et après l’installation d’éoliennes dans leur environnement

Par ailleurs, peu d’études étant disponibles sur la sensibilité des animaux d’élevage aux agents physiques, les recherches sur ce sujet devraient être renforcées. Enfin, un système de déclaration centralisé des effets indésirables suite à l’installation d’éoliennes pourrait être mis en place, à l’image de ce qui existe pour déclarer les effets indésirables des médicaments vétérinaires.
 

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *