categorie sante des animaux
Categories: Santé animale Tags: ANSES Leave a comment

La fièvre charbonneuse

La fièvre charbonneuse (charbon bactéridien) est due à la bactérie Bacillus anthracis et affecte de nombreuses espèces de mammifères, principalement les herbivores (bovins, moutons, chèvres et chevaux) et certains oiseaux. C’est une maladie zoonotique : dans de très rares cas, elle peut se transmettre à l’Homme.

La bactérie est présente dans les sols sous la forme d’une spore qui peut survivre pendant des dizaines d’années. Les spores peuvent remonter en surface notamment à la faveur d’épisodes climatiques de sécheresse suivie de précipitation abondantes, et également après des travaux de terrassement. Elles contaminent ainsi l’herbe et les plantes fourragères ingérées par les animaux.

Son importance réside dans la mortalité rapide et soudaine qui survient dans les cheptels touchés, dans sa capacité de persistance et de résurgence à partir d’anciens foyers, et dans la possibilité de transmission à l’Homme par les animaux infectés ou leurs produits. 

Si les antibiotiques fonctionnent, le vaccin est le moyen le plus efficace pour limiter la propagation chez l’animal.

La réglementation exige que toutes les suspicions de fièvre charbonneuse animale soient déclarées aux autorités préfectorales et fassent l’objet de prélèvements envoyés au laboratoire pour analyse. 

L’Anses, via son laboratoire de santé animale de Maisons-Alfort, détient le mandat de laboratoire de national de référence pour la fièvre charbonneuse. Il intervient systématiquement pour la confirmation de toutes les suspicions de cas de charbon animal. Par ailleurs, le laboratoire d’hydrologie Nancy de l’Anses réalise des analyses sur des eaux de boisson ou de loisir à la demande des autorités sanitaires.

> Fièvre charbonneuse : plusieurs foyers déclarés dans les Hautes-Alpes (PDF) (sur le site de la plateforme d’épidémiosurveillance en santé animale)

Consultez notre fiche de santé animale sur la fièvre charbonneuse (PDF)

Paru en premier sur Anses.fr, plus d’info sur

Anses.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *